Récompensé pour le sport et pour la cause

L’ancien paranageur Benoit Huot est habituellement volubile lorsqu’il accorde des entrevues aux médias. Il est toutefois demeuré sans mot, au dernier Gala Sports Québec, lorsqu’il a appris qu’il était le récipiendaire du prix de la Personnalité sportive masculine de la décennie.

À sa décharge, on lui avait dit qu’il avait été invité dans les studios de RDS pour parler des Jeux paralympiques de Tokyo.

« Ce qui m’a fait craquer, c’est quand Annie (sa conjointe) est entrée en studio. On se textait deux minutes avant que j’entre en ondes et elle me disait qu’elle s’en allait à l’épicerie », explique celui qui se sent flatté de recevoir cet honneur, tout en faisant preuve de modestie, mentionnant au passage les noms de Chantal Petitclerc, André Viger, Terry Fox et Rick Hansen, d’autres para-athlètes qui ont fait leur marque au-delà de la sphère sportive.

En entrevue, l’ancien athlète souligne qu’il est ému que ce Maurice soit décerné à Benoit Huot « la personne », plutôt qu’à Benoit Huot l’athlète ».

« Dans le stationnement de RDS, au retour de l’enregistrement, Annie m’a dit : « Tu sais Ben, tu reçois ça aujourd’hui pour chacune des fois que je me demandais pourquoi tu n’étais pas à la maison. Ce n’est pas parce que tu as gagné vingt médailles, on s’en lave les mains. C’est vraiment pour ton engagement et ton implication. » »

Le mouvement paralympique, Huot continue à en faire la promotion avec la même énergie qu’à l’époque où il nageait. « J’en ai fait une priorité d’augmenter sa visibilité, sa notoriété et sa crédibilité. Ça s’est fait naturellement. Au départ, c’était une frustration et une déception de voir qu’il y a avait des lacunes et des différences. »

Autre preuve du chemin parcouru, c’est une autre athlète issue du parasport, la joueuse de basketball en fauteuil roulant et skieuse paranordique Cindy Ouellet, qui a été la lauréate féminine de ce prix.

« C’est assez capoté de voir ça ! Ce prix, ce n’est pas juste les résultats sportifs, mais aussi l’impact que l’athlète a eu avec sa personnalité. S’il y a un élément qui a évolué à vitesse grand V au cours des dix dernières années, c’est bien le parasport. Et ça prend des personnes pour changer la perception des gens. »

S’il y a un aspect sur lequel Benoit Huot est constamment revenu au cours de cet entretien, c’est à quel point il a senti l’appui inconditionnel de celle avec qui il partage sa vie depuis 15 ans de vie commune et qui est la mère de leur fille Mila.

« Ce n’est pas facile être aux côtés d’une athlète de haut niveau et Annie m’a donné carte blanche pour que je vive mon rêve. Et ce n’est pas juste pour le rêve d’athlète, mais bien pour tous les engagements que je prends. Sans son appui et son soutien, je n’aurais juste pas été capable de le faire. Sachant ce qu’elle a dû investir pour que je vive ces expériences-là, c’est elle que je dois remercier. »

Cette reconnaissance ne mettra pas un frein aux différents projets professionnels et bénévoles de l’homme de 37 ans : celui de chef de mission de l’équipe canadienne des Jeux du Commonwealth 2022, une équipe qui sera formée en partie d’athlètes de parasports.

Un autre défi qui cadre parfaitement avec ses valeurs.

Source : 

     Fédération de natation du Québec

     Courriel : info@fnq.ca

     514 252-3200

     Auteur : Sportcom